Conseils pour lever des fonds

Love Money, fonds d’amorçage, concours, prêts d’honneur, mais aussi préparation du pitch, rédaction du business-plan… Toutes les clés pour comprendre les business-angels !

Être un bon Business-Angel

Sélectionner ses dossiers, investir à plusieurs, mettre à profit la législation, gérer la relation avec l’entrepreneur… La boite à outil du business-angel !

L'univers de la création d'entreprise et des startups

Livres, événements, incubateurs, ressources en ligne, formation… Ce qu’il ne faut pas louper sur l’entrepreneuriat en France et ailleurs !

Témoignages de business-angels et d'entrepreneurs

Ils racontent comment ils ont vécu leur levée de fonds et partagent anecdotes, réussites, échecs… sans langue de bois !

Toute l'actualité des business-angels

Réseaux de B.A., événements, législation, news en tout genre… ne loupez plus rien sur les business-angels !

Accueil » Témoignages de business-angels et d'entrepreneurs

Pierre-Emmanuel Aubert, Business Angels Santé

Mis en ligne par Guilhem Bertholet le Wednesday, 10 February 2010Pas de commentaire
Pierre-Emmanuel Aubert, Business Angels Santé

Bonjour Pierre-Emmanuel Aubert. Vous êtes entrepreneur, BA, président de réseau de BA… Peut-on en savoir un peu plus sur votre parcours ?

En fait, je me classe plutôt dans la catégorie Entrepreneur-Investisseur, plutôt que simple Business Angel, un hybride quoi !

Fondateur d’une demi-douzaine d’entreprises, j’ai commencé assez tôt puisque j’ai créé ma 1ère société, Mediforce, en 5ème année de Médecine; elle fut la 1ère SARL à 50 000 francs, à lancer une carte de crédit-paiement avec Cofinoga. Après avoir lancé sa filiale, Assurances Mediforce, BNP nous intègre au moment de la fusion avec Paribas… Ambiance à l’époque dans le Conseil d’Administration !

Entre temps, j’avais été co-fondateur du département Santé de Bossard Consultants où j’ai appris le Conseil avec les ingénieurs; j’observais mes ainés dont un certain Jean-René qui reprit par la suite Vivendi.  Plus récemment, j’ai co-fondé Meditech, puis Allied Health, éditeur de Santelog et de la revue Soins à domicile, puis Nutrivercell, Laboratoire de Nutrition.

Après avoir co-fondé Paris Angels Capital, je crée actuellement Angels Santé Capital, deux fonds de Business Angels, l’un généraliste, l’autre, dans une thématique qui monte: la Santé. Je prépare également le lancement d’une société dans les TIC Santé. Je suis Business Angel dans plusieurs autres sociétés: Cryptolog (cryptographie), Kreactive, éditeur de widgets dont le dirigeant impressionne par son talent et que j’ai aidé à coordonner un tour de 700 K€ de Business Angels, le 25 janvier 2010.

En fait, entre deux régates, qui m’ont fait louper la “1ère Levée d’HEC Entrepreneurs”, au MEDEF en juin 2009, il m’arrive parfois d’aller travailler…

Pourquoi avoir choisi de se regrouper en réseau ? Le business-angeling n’est donc pas une activité solitaire ?

Angels Santé, réseau d’investisseurs privés investissant dans des entreprises du vaste domaine de la Santé, a connu un succès foudroyant: 6 entreprises investies en 2008, 10 autres investissements en 2009 ! les Business Angels se professionnalisent et s’orientent vers les créneaux porteurs ou les  marchés solvables ; si on arrêtait d’être malade çà se saurait et puis un bien portant est certainement un malade qui s’ignore , non?!

business-angels-sante

L’Union fait la force pour sélectionner les meilleurs projets, avec les meilleurs Business Angels, puis investir sur les meilleurs entrepreneurs avec les meilleurs partenaires et co-investisseurs… Simple quoi , non ?!

Trève de plaisanteries, en fait je suis un grand malade!! Si, si ! Infarctus la veille de la rentrée scolaire 2008, pose d’un stent illico-presto… l’inventeur du stent (invention de rupture) m’a sauvé la vie, les innovations incrémentales suivantes ont amélioré le produit; aujourd’hui on fait des stents enrobés avec largage progressif de médicament et même plus récemment résorbable. C’est magique ce que la science et la technique nous fait!

J’ai entendu il ya quelques années que “la Santé n’est pas un marché…” heureusement pour moi des entrepreneurs courageux ont su créer le marché des stents… Aujourd’hui les innovations dans la Santé ne peuvent se développer car les hôpitaux ne peuvent les financer; c’est terrible car cela oblige nos entrepreneurs à s’expatrier sur d’autres continents.

Je rembourse ma dette à la Science et aux Inventeurs en leur dédiant notre réseau, composé des plus formidables investisseurs de proximité que je connaisse.

Qu’est ce que vous recherchez chez un entrepreneur ou dans son projet ?

La CONFIANCE – dans les deux sens.

Qu’est ce qui vous donne envie de vous embarquer dans l’aventure ?

La qualité de l’équipe, la relation humaine; un projet innovant sur un marché porteur.

Investir dans un projet en amorçage, c’est quoi ? Un loisir ? Un métier ? Un placement financier ?

Une prise de risque élevée: 50% des entreprises capotent dont quelques une qui nous appellent à la barre du tribunal en redressement de passif. La satisfaction d’être dans une histoire qui vivote et crée quelques emplois dans 30% des cas Une véritable aventure entrepreneuriale dans 20% des cas  Et dans 0,00001% des cas la possibilité d’être partie prenante d’une Grande Aventure à travers une belle histoire qui donne naissance à des Amgen, Genentech, Actelion dans les Sciences de la Vie; Amazon, Google ou Price Minister dans d’autres domaines.

Un bon ou un mauvais souvenir à partager avec nous ?

Je rêve du moment où je serais dans le “Bac à sable” de l’incubateur de Guilhem Bertholet avec mes associés d’HEC Entrepreneurs en train de faire des pâtés de sable sur des NTIC Santé avec les commentaires ravageurs de Guilhem… et les conseils des pineurs !

Pierre_Emmanuel_AubertOrganisation en réseau, meilleure communication sur le “métier” de BA, incitations fiscales, formation des entrepreneurs… Qu’est-ce qu’il reste  améliorer en France pour que de plus en plus de projets bénéficient d’un financement de premier tour ?

TOUT.

C’est l’âge de pierre, le Néolithique, pardon le Paléolithique!

Les Business Angels sont nés en France en 2001. Après avoir été GO, ils prennent un coup de fouet avec la loi TEPA, envisagent, sans se l’avouer, de devenir de véritables professionnels à travers la naissance des SIBA, en 2010.  Sur le plan fiscal, la proposition est simple. On n’ose pas reconnaître le risque de la création d’entreprise et on ne rémunère pas le risque pris par les Business Angels.  1% seulement des foyers fiscaux utilisent le Madelin! Trop petit avantage fiscal qui n’est pas suffisant pour inciter à investir une partie de son impôt sur le Revenu… Il faudrait multiplier l’avantage non pas par 10 mais par 50 pour ceux qui sont en seed ou en amorçage, à la création des sociétés.

La mesure ISF va dans le bon sens, mais il reste du travail pour faire basculer les veuves de Carpentras. En janvier 2010, Bercy nous apprenait que seulement 15% des foyers fiscaux relevant de l’ISF transformaient leur chèque au fisc en capital de PME; les contribuables préfèrent encore faire un chèque au fisc … pas sûr d’avoir le bon document de l’entreprise en cas de contrôle (sic).

Nos réseaux ont à passer des caps de maturité et de crédibilité.  Pendant ce temps aux Etats-Unis, les conditions sont beaucoup plus attrayantes pour les investisseurs privés en capital amorçage ou en Capital Risque. L’investissement des Business Angels se compte en dizaines de milliards de $ et pèse autant que le Capital Risque.

Pourquoi continuer à ignorer le formidable effet de levier, la puissance de fonctionnement d’entrepreneurs avisés qui ayant mûri, deviennent investisseurs privés, business angels et coachs des entrepreneurs qui iront demain conquérir le monde?   Les investisseurs privés directs mettent leur argent sur la table ce qui est une excellente chose. Ils n’investissent pas comme les FIP ou les FCPI, qui fonctionnent en machines à gestion optimisée du risque pour certains ou restitution de super dividendes pour d’autres…

Pierre-Emmanuel Aubert, merci beaucoup pour ce panorama très complet et tout en franchise !

Prenez la parole et participez à la discussion !

Merci d'ajouter votre commentaire ci-dessous. Vous pouvez aussi suivre ces commentaires via RSS.

Soyez sympa, respectueux, smart, et tout et tout. Bon esprit, quoi.

Si vous êtes super doué, vous pouvez aussi utiliser ces tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Nous sommes tellement en pointe qu'on peut même utiliser son Gravatar ici. Si vous aussi vous en voulez un, foncez vers Gravatar.